DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Impact des firmes multinationales sur Haïti

Verger, Jean-Claude de (1974). Impact des firmes multinationales sur Haïti. Mémoire. Montréal, Universit, Facult, 162 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (8MB)

Résumé

Nous avons été incité à traiter ce sujet, «Impact des multinationales sur Haïti», parce que nous pensons que cet aspect de la question permet de comprendre la structure même du sous-développement de ce pays. Or, d'une part le problème du sous-développement est, depuis la Seconde Guerre Mondiale, la principale préoccupation de presque tous les théoriciens des sciences sociales et des hommes politiques, tout spécialement de ceux du Tiers-Monde, d'autre part, à notre avis le problème tel que nous l'avons abordé n'a jamais été analysé de cette façon par aucun sociologue, ni économiste tant haïtien, qu'étranger qui ont eu à étudier les problèmes sociaux et économiques d'Haïti. En effet, nous avons d'abord envisagé la division actuelle du monde en: pays hautement industrialisés qui forment le CENTRE, et en pays sous-développés qui, pour leur part, constituent ce qu'il convient d'appeler: LA PÉRIPHÉRIE. Puis nous avons mis l'accent sur la stratégie de l'impérialisme international ou système de domination du CENTRE sur la PÉRIPHÉRIE. Comme cette dernière, de nos jours, se réalise principalement à travers les opérations, à la PÉRIPHÉRIE, des entreprises privées et des firmes multinationales du CENTRE, nous avons donc considéré l'organisation structurelle de ces dernières et surtout la façon dont elles maintiennent la puissance de leurs États-Nations (tout spécialement des États-Unis). Dans cet ordre d'idées, nous avons pris pour base d'étude un pays bien déterminé du CENTRE: Les États-Unis, investissant, à travers quelques entreprises privées et une firme multinationales: La Reynolds Metals Co., dans un pays satellite donné de la PÉRIPHÉRIE: Haïti. Alors tout le travail consiste à démontrer, à l'aide de statistiques et de faits concrets, l'hypothèse suivante, à savoir que: «Les investissements privés étrangers réalisés en Haïti, à travers les firmes multinationales ne constituent pas encore un facteur de développement pour ce pays». Tel est donc le cheminement de notre pensée à travers notre Mémoire de maîtrise.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Gagnon, Gabriel
Mots-clés libres: amerique compagnie condition developpement economie economique firme haiti histoire impact imperialisme latin multinational pays situation societe sous-developpement tiers-monde toponord
Divisions: Sciences humaines > Maîtrise en sociologie
Date de dépôt: 24 sept. 2012 17:14
Dernière modification: 15 oct. 2012 15:28
URI: http://depositum.uqat.ca/id/eprint/381

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt