DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Modélisation de l'habitat de la sauvagine en nidification dans le Québec forestier

Ouellet d'Amours, Marie-Hélène (2009). Modélisation de l'habitat de la sauvagine en nidification dans le Québec forestier. Mémoire. [Rouyn-Noranda], Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Sciences appliquées, 45 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

La sauvagine boréale québécoise est généralement considérée comme peu affectée par les perturbations anthropiques sur les aires de nidification, en raison de leur situation éloignée des centres urbains. En examinant les relations entre la forêt boréale et les espèces de sauvagine qui y nichent, ce projet de recherche visait principalement à vérifier cette affirmation et à déterminer le rôle des divers facteurs d’altération dans la sélection d’habitat par les huit espèces de sauvagine les plus abondantes dans l’aire d’étude. L’objectif secondaire était de dresser un portrait quantitatif des perturbations anthropiques sur le territoire de la forêt boréale québécoise. Les données de sauvagine utilisées pour l’étude provenaient de l’inventaire héliporté du Plan conjoint sur le Canard noir et du Service canadien de la faune. Les analyses ont porté sur les abondances de couples nicheurs pour 15 années d’inventaire (entre 1990 et 2005), échantillonnées dans 71 quadrats de 25 km² chacun, réparties systématiquement sur plus de 272 000 km2 de forêt boréale québécoise. Ces abondances ont été mises en relation avec sept variables d’altération d’habitat et d’interaction biotique à l’aide de modèles mixtes linéaires à l’échelle des quadrats d’inventaire. Selon les cartes d’abondance des altérations, les activités humaines sont généralement présentes à large échelle sur le territoire boréal québécois. Après avoir contrôlé les effets de l’année d’inventaire et de l’habitat naturel disponible, les modèles révèlent également l’importance des étangs créés par le castor dans la sélection d’habitat de nidification pour trois espèces, soit le Canard noir (Anas rubripes), le Fuligule à collier (Aythya collaris) et le Garrot à oeil d’or (Bucephala clangula). Ces travaux sont les premiers à identifier l’impact significativement positif des étangs de castor sur l’abondance de couples nicheurs, à l’échelle de l’aire d’étude. Les résultats démontrent également l’évitement de la présence humaine par le Garrot à oeil d’or, tandis que trois autres espèces, soit la Bernache du Canada (Branta canadensis), le Canard colvert (Anas platyrhynchos) et le Harle couronné (Lophodytes cucullatus), semblent en préférer la proximité. La présente étude est ainsi la première à confirmer que la forêt boréale québécoise n’est plus un écosystème intact du point de vue de la sauvagine en période de nidification.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Imbeau, Louis et Darveau, Marcel
Informations complémentaires: Mémoire présenté comme exigence partielle de la maîtrise en biologie. Comprend un résumé. Comprend des réf. bibliogr. (f. [35]-37).
Mots-clés libres: modelisation habitat sauvagine nidification quebec forestier alteration foret boreal selection
Divisions: Sciences appliquées > Maîtrise en biologie
Date de dépôt: 13 déc. 2011 18:42
Dernière modification: 08 nov. 2012 16:37
URI: http://depositum.uqat.ca/id/eprint/39

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt