DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Impact physiologique des liens racinaires chez le peuplier faux-tremble (populus tremuloides michx.)

Baret, Matthieu (2009). Impact physiologique des liens racinaires chez le peuplier faux-tremble (populus tremuloides michx.). Mémoire. [Rouyn-Noranda]Montréal, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Sciences appliquées, 45 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB)

Résumé

Chez certaines espèces telles que le peuplier faux-tremble (Populus tremuloides Michx.), les arbres sont reliés entre eux par une racine mère due à leur mode de propagation par drageonnement. Ces liens racinaires remettent en question les notions classiques d’individualité des arbres pour l’accès aux ressources et pour la compétition, puisqu’ils permettent les échanges d’eau, de minéraux ou encore d’hydrates de carbone. Le but de cette étude était de démontrer qu’un arbre pouvait influencer la physiologie d’un autre arbre grâce au lien racinaire qui les unit. Pendant les étés 2007 et 2008, des couples de peuplier faux-tremble issus du drageonnement (i.e. 2 ramets reliés par une racine parentale) répartis en trois classes de hauteur (dominante, codominante et supprimée) ont été sélectionnés, puis les ramets situés en position distale par rapport à la racine parentale ont été manuellement défoliés. L’effet de la défoliation sur la photosynthèse, la conductance stomatique, la surface foliaire spécifique (SFS) et la concentration en sucres des feuilles a été mesuré sur les ramets non défoliés. Les résultats montrent que la défoliation d’un arbre a causé une réponse physiologique chez un autre arbre relié par la racine. A l’été 2007, l’effet de la défoliation a été plus important sur les ramets de la classe supprimée, dont la photosynthèse avait augmenté de 17% par rapport aux témoins non défoliés. L’effet était moins important sur les ramets codominants (augmentation de 14%) et dominants (12%). A l’été 2007, la SFS était plus importante pour les ramets supprimés, l’effet de la défoliation étant décroissant pour les classes codominante et dominante. Ce résultat suggère une augmentation plus importante des compétences photosynthétiques des ramets supprimés par rapport à ceux des autres classes de hauteur. À l’été 2008, aucun effet de la défoliation n’a été observé, probablement dû à des conditions d’humidité élevées résultant en des valeurs de conductance stomatique beaucoup plus élevées qu’en 2007 (+55%). Sous de fortes conditions d’humidité, la conductance hydrique foliaire ne limite pas la conductance stomatique, donc le taux d’assimilation du CO2 était probablement à son maximum d’où l’absence d’augmentation du taux de photosynthèse. La concentration en sucres était identique pour les trois classes par rapport aux témoins pour les 2 années d’étude. Ce résultat indique que l’effet de la défoliation interviendrait surtout au niveau des compétences photosynthétiques des feuilles et non au niveau énergétique. Cette étude montre que les arbres peuvent interagir physiologiquement à travers les liens racinaires. La présence de liens racinaires devrait ainsi être considérée dans la dynamique de tels peuplements.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Desrochers, Annie
Informations complémentaires: Comprend un résumé. Mémoire présenté à l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue comme exigence partielle de la maîtrise en biologie dans le cadre du programme de maîtrise extensionné de l'UQAM à l'UQAT. Comprend des réf. bibliogr.
Mots-clés libres: peuplier faux-tremble defoliation photosynthese lien racinaire surface foliaire drageonnement ramet physiologique impact
Divisions: Sciences appliquées > Maîtrise en biologie
Date de dépôt: 14 déc. 2011 18:42
Dernière modification: 16 oct. 2012 17:47
URI: http://depositum.uqat.ca/id/eprint/41

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt