DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Une étude descriptive et exploratoire des stratégies de lecture d'étudiants autochtones en première année d'université

Crépeau, Nancy (2011). Une étude descriptive et exploratoire des stratégies de lecture d'étudiants autochtones en première année d'université. Rapport. Rouyn-Noranda, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Sciences de l'éducation, 148 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (6MB)

Résumé

À l'université, la lecture de textes, un pilier à l'apprentissage et à la réussite, nécessite une démarche stratégique complexe et autonome par l'étudiant. Le manque de préparation académique des apprenants autochtones aux études postsecondaires, dont certaines lacunes par rapport à la lecture, nous renseigne peu sur la nature de leurs besoins en tant que lecteurs. La présente étude descriptive et exploratoire vise à mieux connaître la démarche de lecture des étudiants autochtones en première année d'université. Trois instruments sont utilisés : un questionnaire introspectif qui donne l'occasion aux étudiants de réfléchir sur leurs stratégies; une grille d'observation afin de recenser des comportements et une entrevue. Les forces et les besoins des étudiants par rapport à la lecture sont identifiés : d'une part, le sentiment de compétence et les stratégies que les étudiants autochtones perçoivent utiliser; d'autre part, un portrait des lecteurs ayant participé à une tâche de lecture, par la confrontation des trois sources de données, est explicité quant au «comment» et au «pourquoi» de l'utilisation de stratégies. À la lumière du questionnaire introspectif complété par les six sujets, il ressort que ces derniers ont plus ou moins souvent lu au cours des mois qui ont précédé leurs études universitaires et que la grande majorité a des responsabilités familiales. Les types de textes les plus souvent lus sont les consignes pour aider un ou son enfant à faire ses devoirs et des textes provenant d'Internet. Le sentiment de compétence du groupe face à différentes tâches de lecture de niveau universitaire s'élève à 71%, en particulier pour des questions d'examen à choix de réponses (76,7%). La lecture de textes pour s'approprier un vocabulaire et des concepts abstraits est néanmoins le type de tâche face auquel le groupe a obtenu un résultat le moins élevé (63,3%). Premièrement, concernant les stratégies de lecture, les sujets perçoivent utiliser très souvent, avant de commencer à lire, des actions de planification des ressources (matériel, dictionnaire) et les conditions pour lire semblent importantes (environnement approprié). Ils perçoivent aussi avoir recours très souvent, pendant la lecture, à la régulation métacognitive (réfléchir); à la sélection des informations pertinentes (des idées principales et des mots-clés) et à l'autoévaluation de la compréhension (lire à voix haute). Deuxièmement, les actions perçues comme étant souvent utilisées sont celles se rattachant à la planification des ressources (priorités, liste) et des conditions (endroit calme et éclairé, même lieu, endroit maison). Ils ont aussi, selon leurs réponses, souvent recours à des stratégies de planification du temps (moment, selon niveau de difficulté, pauses selon la structure du texte, sur plusieurs périodes); à des stratégies d'anticipation (lire introduction, conclusion, résumé, survol et intention de lecture); à la régulation métacognitive (se donner une vue d'ensemble); à des stratégies de sélection (garder en tête l'intention et relire avant de souligner); à des stratégies d'autoévaluation de la compréhension (relecture pour comprendre ou mémoriser, avoir conscience de perdre le fil et utiliser le dictionnaire) et d'élaboration (s'expliquer à voix haute, réfléchir dans sa langue première). Enfin, après la lecture, les participants perçoivent souvent recourir à des stratégies d'évaluation de sa démarche (faire le point sur les connaissances acquises) et de mémorisation (établir des liens avec ses connaissances antérieures). Les catégories d'actions perçues comme étant les moins utilisées par les étudiants (ou celles perçues comme étant utilisées et qui peuvent nuire à leur démarche de lecture) sont les stratégies de planification des conditions (lire à la bibliothèque, lire lorsque les enfants sont au lit) et du temps (lire seulement lorsque les sujets ont le temps). La stratégie d'anticipation d'autoquestionnement avant la lecture est aussi peu utilisée, tout comme les moyens de régulation métacognitive (débuter souvent la lecture sans se poser de questions, recherche de réponses, vérification de prédictions). Une stratégie de sélection semble sur-utilisée (souligner ce qui est intéressant) tandis que d'autres le sont moins (lien avec intention de lecture, chercher le sens d'un paragraphe). Une stratégie d'autoévaluation de la compréhension est aussi peu utilisée pendant la lecture (constance des prédictions). Enfin, après la lecture, certaines stratégies de mémorisation des idées essentielles (importance aux sections moins bien comprises et l'élaboration de fiches ou de résumés) sont perçues comme étant peu utilisées par les participantes. Une comparaison des données provenant des différentes sources pour les trois sujets ayant participé à la tâche de lecture a aussi été effectuée (questionnaire, observations et entrevue). Il ressort que ces derniers ont recours à des stratégies d'anticipation (se donner un aperçu du texte pour connaître le thème, se donner une intention pour préciser la tâche et faire des prédictions), de sélection d'information (pour identifier les éléments importants et y revenir rapidement, numéroter des sections du texte pour répondre aux questions, utiliser des couleurs pour distinguer mots-clés, idées principales et mot nouveaux). L'annotation (pour écrire des définitions ou extraire l'essentiel), l'utilisation du dictionnaire (pour comprendre des mots nouveaux), la relecture d'extraits (pour mieux comprendre ou avant de surligner), la vérification de l'atteinte de l'intention sont aussi des moyens utilisés. Les éléments pouvant nuire à la démarche de lecture de certains sujets sont: l'établissement d'une intention de lecture (clarté et en lien à la tâche), le recours fréquent à la subvocalisation, le recours à un nombre de mots supérieur à celui demandé pour résumer ainsi que le non recours à l'organisation de l'information. Les résultats ont permis d'identifier des pistes d'intervention pour améliorer les stratégies de lecture des étudiants autochtones en début de formation universitaire.

Type de document: Thèse (Rapport)
Directeur de mémoire/thèse: Ruph, François
Informations complémentaires: Comprend un résumé Comprend réf. bibliogr. (f. 87-93) Les pages 36 et 93 sont manquantes dans le document d'origine.
Mots-clés libres: Autochtone universite lecture strategies sentiment de competence metacognition autoregulation
Divisions: Sciences de l'éducation > Maîtrise en éducation
Date de dépôt: 31 mai 2012 13:45
Dernière modification: 17 oct. 2012 13:06
URI: http://depositum.uqat.ca/id/eprint/274

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt