DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Le marternage chez les jeunes femmes de la communauté algonquine de Kitcisakik

Noël, France (2001). Le marternage chez les jeunes femmes de la communauté algonquine de Kitcisakik. Mémoire. Rouyn-Noranda, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Sciences du développement humain et social, 126 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Notre sujet de recherche s'intéresse à mieux connaître le vécu du maternage et à comprendre le sens que lui accorde les jeunes femmes de la communauté algonquine de Kitcisakik. Cette communauté autochtone est située à 600 kilomètres au nord de Montréal. Elle compte environ 350 personnes qui occupent leur territoire ancestral et qui ont conservé plusieurs aspects du mode de vie traditionnel algonquin. Ces Algonquines et Algonquins sont regroupés autour de services rudimentaires, dans un environnement où la nature est généreuse. Les conditions de vie sont assez difficiles, se rapprochant de celles vécues dans les pays sous-développés. La trajectoire de vie des jeunes femmes autochtones se démarquent de celles des autres Québécoises. On observe, notamment, qu'elles ont des enfants plus tôt; elles sont moins scolarisées et plus pauvres. Il nous apparaît pertinent de développer notre connaissance sur le contexte de vie des jeunes femmes algonquines et de leur héritage culturel, du point de vue de la fonction du maternage. C'est-à-dire sur tout ce qui concerne l'état de mère, à patiir du désir d'enfant jusqu'à l'éducation de celui-ci. Nous avons voulu mener notre recherche de façon «appropriée» au contexte culturel. Nous avons opté pour une méthodologie nous permettant de demeurer à proximité du discours des répondantes. Il s'agit d'une recherche qualitative où nous avons procédé à l'analyse du contenu du discours de huit jeunes femmes de 15 à 21 ans, certaines étant mère d'autres pas. Elles ont été rencontrées en groupe. Plusieurs outils de cueillette ont été utilisés. Les jeunes femmes nous ont parlé de leur enfance, de leur mode de vie, de leurs projets, de leur vision de la famille et de la communauté. À travers leurs discours, où elles relatent des événements et des étapes de leur vie, nous pouvons retracer les marques de la tradition. Le maternage chez les jeunes femmes de Kitcisakik demeure empreint des valeurs culturelles algonquines et se vit en continuité avec la tradition. Toutefois, des changements s'opèrent graduellement et elles doivent construire leur vie à l'intérieur du paradoxe où les conduit la modernité et les valeurs culturelles nord-américaine. L'héritage culturel est vivant et colore la façon et de vivre en général, et la façon de materner. Par ailleurs, les conditions de vie difficiles dans lesquelles doivent se débrouiller les jeunes mères, les positionnent à la croisée des chemins: demeurer dans la communauté, près de leurs racines, ou encore, s'installer en ville dans de meilleures conditions, mais loin du territoire d'appartenance, de la langue des ancêtres, et du mode de vie traditionnel.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Sabourin, Cécile
Informations complémentaires: Programme en extension avec l'Université de Montréal Comprend un résumé réf. bibliogr. (p. 80)
Mots-clés libres: toponord autochtone culture tradition maternite famille pauvrete jeunesse
Divisions: Sciences du développement humain et social > Maîtrise en travail social
Date de dépôt: 08 juin 2012 13:50
Dernière modification: 12 nov. 2012 18:37
URI: http://depositum.uqat.ca/id/eprint/285

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt