DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Passer d'une gestion au quotidien à une gestion planifiée, dans les communautés autochtones.

King-Paquette, Susane (2012). Passer d'une gestion au quotidien à une gestion planifiée, dans les communautés autochtones. Mémoire. Rouyn-Noranda, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Gestion des organisations, 245 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (7MB)

Résumé

La mise en réserve des peuples autochtones et le passage d'un mode de vie traditionnel à un mode plus moderne ont certes affecté leurs pratiques sociétales ainsi que leurs valeurs. Leurs réalités chevauchent constamment ces deux mondes, ce qui contribue à perturber autant la construction identitaire que la gestion des communautés. La gouvernance actuelle des Premières nations en est certainement affectée à plusieurs niveaux. Définie par le colonialisme de la Loi sur /es Indiens, cette gouvernance est marquée par une dépendance malsaine, qui entraîne les gens vers des tendances d'abandon de soi (valeurs, ambitions) et cause des dysfonctionnements communautaires (manque de vision, planification du futur) ainsi qu'une multitude de problèmes socio-économiques. Pourtant, le contexte contemporain socio-politico-économique exerce d'énormes pressions sur les communautés autochtones, demandant d'elles une autorité assidue. Les questions territoriales représentent l'enjeu majeur en considération. Les communautés sont le plus souvent, plongées dans une dynamique de survie qui suppose une adaptation à un monde de lois et d'injustices, en absence d'outils et de savoir-faire pour défendre leurs intérêts et faire entendre leur voix. Elles reconnaissent néanmoins qu'elles ont besoin de progresser et de se renforcer, afin d'assumer leur plein pouvoir. D'après Russ, le concept du pouvoir comprend action, connaissance et organisation. En fait, comme toute bonne stratégie de gestion, le pouvoir se planifie. Le pouvoir devient indissociable de l'organisation ou l'agencement rationnel des relations et d'une structure d'ordre supérieur. L'autodétermination demeure invariablement l'objectif ou l'ultime structure d'ordre supérieur visé dans la gouvernance autochtone. Nous proposons ici un modèle de consolidation de la gestion au moyen de la planification communautaire globale. Cette consolidation s'apparente à un modèle de gestion durable, susceptible de générer d'importants changements au niveau des relations de pouvoir telles qu'elles sont connues aujourd'hui. Bref, ce modèle permet de renouveler la pratique courante de la gestion au quotidien, pour la majorité des communautés autochtones, en une gestion planifiée, améliorée et autodéterminée.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Laurin, Francine
Mots-clés libres: gestion, quotidien, planification, autochtone
Divisions: Sciences de la gestion > Maîtrise en gestion des organisations
Date de dépôt: 01 mai 2013 14:38
Dernière modification: 01 mai 2013 14:38
URI: http://depositum.uqat.ca/id/eprint/549

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt