DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Utilisation conjointe des savoirs traditionnels et scientifiques pour évaluer la qualité de l’habitat de l’orignal en forêt feuillue.

Tendeng, Benoit (2014). Utilisation conjointe des savoirs traditionnels et scientifiques pour évaluer la qualité de l’habitat de l’orignal en forêt feuillue. Mémoire. Rouyn-Noranda, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Biologie, 86 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

La reconnaissance des savoirs écologiques traditionnels (SET) s’est accrue à l’échelle internationale ces dernières décennies, notamment face aux limites de la science à relever à elle seule certains défis environnementaux. L’intégration des SET et de la science est dès lors encouragée dans certains domaines comme la gestion et la conservation de la faune. Ce mémoire présente un exemple concret où les savoirs des membres de la communauté autochtone de Eagle Village relativement à l’habitat de l’orignal ont été comparés aux résultats du calcul de l’indice de qualité de l’habitat (IQH) en forêt feuillue, un biome où l’IQH a été très peu validé jusqu’à présent. L’évolution de la qualité de l’habitat de l’orignal au cours des 20 dernières années a également été évaluée. À l’aide de tests Kappa de Cohen, nous avons mesuré l’accord de jugement entre l’IQH et la perception des chasseurs autochtones recueillie lors d’entrevues semi-dirigées avec les utilisateurs de 16 terrains de trappe familiaux. Les résultats suggèrent un accord modéré à fort entre les deux sources de données. Certains désaccords ont tout de même été relevés entre SET et IQH. Selon les chasseurs autochtones, l’orignal utilise les milieux humides et les zones improductives, ce que l’IQH ne tient pas suffisamment en compte. D’autres sources de désaccord concernaient les agglomérations de peuplements résineux et les superficies fortement perturbées, auxquelles l’IQH accordait de l’importance, contrairement aux SET. Sur l’ensemble des deux unités d’aménagement forestier comprenant le territoire de Eagle Village, l’IQH a montré une légère augmentation (4 %) entre le début des années 1990 et le début des années 2010, tout en demeurant élevé (0,65 vs 0,69). Les SET suggèrent que la qualité de l’habitat est demeurée relativement stable durant cette période. D’une façon générale, nos résultats sont en accord avec l’hypothèse que l’IQH développé en forêts mixtes et résineuses soit approprié pour la forêt feuillue et puisse y être suggéré comme outil de gestion de l’habitat de l’orignal. Nos résultats témoignent ainsi d’une assez forte complémentarité entre les savoirs scientifiques et les SET. Néanmoins, l’IQH pourrait être bonifié pour être plus en phase avec les savoirs traditionnels, notamment en prenant en compte les milieux humides et la disponibilité de nourriture aquatique. De plus, la pondération des variables de l’IQH devrait être adaptée afin de réduire le poids attribué aux peuplements résineux matures et d’augmenter le poids attribué aux milieux improductifs.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Asselin, Hugo
Co-directeurs de mémoire/thèse: Imbeau, Louis
Mots-clés libres: orignal, alces alces, indice de qualité d’habitat (IQH), Savoirs écologiques traditionnels, kappa de cohen
Divisions: Sciences appliquées > Maîtrise en biologie
Date de dépôt: 28 oct. 2014 17:33
Dernière modification: 28 oct. 2014 17:33
URI: http://depositum.uqat.ca/id/eprint/611

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt