DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Les impacts de la foresterie industrielle sur les activités traditionnelles autochtones en forêt tempérée mixte

Ndione, Papa Dethie (2014). Les impacts de la foresterie industrielle sur les activités traditionnelles autochtones en forêt tempérée mixte. Thèse. Rouyn-Noranda, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Sciences en environnement, 175 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB) | Prévisualisation

Résumé

Les forêts tempérées mixtes constituent un écosystème complexe d'un point de vue écologique et sociétal. Elles occupent une place importante dans la vie des communautés autochtones de l'est de l'Amérique de Nord. Cependant, elles font l'objet d'opérations forestières qui conduisent à des changements importants dans la composition et la structure des peuplements. Ces changements affectent les biens et services que la forêt procure aux communautés autochtones qui en dépendent pour la satisfaction de leurs besoins. C'est le cas de la communauté des Algonquins de Kitcisakik, dont le territoire est situé dans la sapinière à bouleau jaune de l'ouest (SAB-BOJ-0), en Abitibi-Témiscamingue (Québec, Canada). Afin d'étudier l'impact de l'altération des forêts mixtes sur la communauté, nous avons procédé en trois étapes. Dans le premier chapitre, nous avons comparé les portraits de la forêt du territoire de Kitcisakik pendant les périodes préindustrielle (<1980) et actuelle (2':1980). La comparaison de leurs attributs a révélé que le régime de perturbations qui était naguère dominé par les perturbations naturelles secondaires, l'est maintenant par les coupes totales. Cette partie de l'étude a permis de mettre en évidence les changements intervenus dans le paysage, actuellement caractérisé par un rajeunissement et un enfeuillement. Dans le chapitre 3, nous avons étudié l 'évolution spatiotemporelle de biens et services environnementaux (BSE) importants pour la communauté. Cette étape nous a permis d'étudier la relation forêt-société. Nous avons identifié les impacts de ces évolutions sur la forêt elle-même et sur la communauté de Kitcisakik. Les résultats montrent qu'entre les deux périodes, la moitié des BSE ont augmenté en proportion (Tableau 3.4). Il s'agit principalement du lièvre, de l'orignal et du bois de chauffage, mais aussi, quoique dans une moindre mesure, de l'écorce de bouleau blanc, du thuya, et du castor. Des BSE ont diminué, principalement le bois de construction d'épinette et de sapin, mais aussi, quoique dans une moindre mesure, les vieilles forêts et le sirop d'érable. Les BSE forêt en santé et pin blanc sont demeurés relativement stables à l'échelle du territoire. Cependant, il convient de noter que ces portraits à l'échelle du territoire cachent une variabilité au sein des terrains de trappe. Ainsi, certains BSE ont pu connaître des augmentations par endroits et des diminutions ailleurs. C'est le cas du castor, du sirop d'érable, des vieilles forêts, des forêts en santé, du pin blanc et de l'écorce de bouleau blanc. Aussi bien en 1970 qu'en 2000, les terrains de trappe familiaux de la communauté se répartissaient en sept groupes, qui ont légèrement changé entre les deux périodes, reflétant la tendance à l'enfeuillement et au rajeunissement. Même si les terrains de trappe associés au groupe culturel ont augmenté, le potentiel des activités culturelles a diminué lorsque les fonctions culturelles d'autres BSE sont prises en compte, comme la faune, l'épinette et le sapin. Les interactions entre les BSE ont révélé, d'une part, une augmentation des synergies, notamment entre les BSE ayant des attributs de vieilles forêts et, d'autre part, des compromis entre la faune et les autres BSE. Cela indique que les BSE liés aux forêts mûres et surannées ont tendance à devenir moins abondants et localisés dans certains terrains de trappe, tandis que les BSE liés aux jeunes forêts sont mieux répartis sur le territoire. Dans le chapitre 4, nous avons réalisé un diagnostic de la communauté, notamment en ce qui concerne les contraintes liées à sa participation active à la gestion de la forêt. Pour ce faire, nous avons utilisé le cadre d'analyse des « 4R » (rights, responsibilities, relations, returns, c.-à-d. droits, responsabilités, retombées, relations, retombées). Cette partie de l'étude a révélé, entre autres, que les contraintes rencontrées par la communauté sont liées à des facteurs externes. En effet, le droit de consultation et d'accommodement n'est pas toujours observé à la satisfaction de la communauté par le gouvernement et les compagnies forestières. La communauté aspire à des responsabilités qu'elle n'arrive pas à assumer puisqu'elles ne sont pas reconnues. De plus, elle a du mal à établir des relations de partenariat avec les différentes parties prenantes et retire peu de retombées de l'exploitation des ressources. Les contraintes sont aussi intrinsèques, dans la mesure où la communauté manque de capacités du point de vue des aspects techniques de la gestion et de l'aménagement forestier. Nous avons proposé un processus qui favoriserait l'implication et la participation effective de la communauté dans la gestion de la forêt. Deux principaux enjeux ont été identifiés dans cette thèse. Le premier, relatif à l'altération de la forêt, a été documenté quantitativement dans les chapitres II et III et qualitativement dans le chapitre IV. Cet enjeu nécessitera de faire appel à des scénarios d'aménagement visant la restauration de la forêt et des habitats, notamment pour améliorer le potentiel culturel et les retombées socioécologiques. Le second enjeu, documenté au chapitre IV, est lié au manque de collaboration entre la communauté et les autres parties prenantes du secteur forestier. Cet enjeu nécessitera une approche de gouvernance qui favorisera une implication effective de la communauté et une augmentation des retombées socioéconomiques, ainsi que des ententes d'aménagement et la réduction des conflits.

Type de document: Thèse (Thèse)
Directeur de mémoire/thèse: Asselin, Hugo
Co-directeurs de mémoire/thèse: Bergeron, Yves
Mots-clés libres: forêt préindustrielle, feux, épidémie d'insecte, coupe forestière, autochtone, rajeunissement, enfeuillement.
Divisions: Sciences appliquées > Doctorat en sciences de l'environnement
Date de dépôt: 12 janv. 2015 17:50
Dernière modification: 12 janv. 2015 17:50
URI: http://depositum.uqat.ca/id/eprint/619

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt