DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Pratiques parentales positives comme facteurs de protection des enfants contre les effets de la pauvreté

Rus-Haicu, Maria (2015). Pratiques parentales positives comme facteurs de protection des enfants contre les effets de la pauvreté. Mémoire. Rouyn-Noranda, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Travail social, 128 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

La pauvreté est un phénomène complexe et des nombreuses études longitudinales et des métanalyses affirment que le fait de vivre dans la pauvreté peut affecter la santé, le développement physique, le développement cognitif, affectif et social des enfants. La théorie économique, le modèle de socialisation parentale et le modèle écologique cherchent à expliquer les mécanismes dont cette influence négative s’exerce. D’une autre part, les pratiques parentales peuvent agir comme facteurs de protection contre cette tendance et exercer une influence positive sur le développement des enfants. Les recherches qualitatives au sujet des pratiques parentales ne sont pas nombreuses et l’expertise des parents pauvres n’est pas souvent prise en considération. En utilisant l’approche de Besnar (2008) pour décrire les pratiques parentales, la présente recherche a tenté de répondre aux questions suivantes : Quelles ont été les pratiques parentales qui ont contribué à annuler les effets négatifs de l’exposition de la personne à la pauvreté pendant l’enfance? Quel a été l’impact de ces pratiques sur le développement physique, cognitif, social et affectif des enfants? Une approche qualitative a été utilisée et un échantillon de type non probabiliste de convenance a été formé en recrutant des personnes vivant en Abitibi-Témiscamingue provenant d’une famille pauvre et qui ont bénéficié des pratiques parentales positives en plus de connaître un processus développemental sans difficulté. Chaque domaine à risque du développement des enfants a été associé avec les pratiques parentales utilisées. Les résultats confirment que les pratiques parentales ont joué un rôle de protection des enfants devant les effets négatifs de l’exposition à la pauvreté. La plupart des parents des participants à la recherche ont fait preuve d’un engagement significatif auprès de leurs enfants, ils ont utilisé des mesures disciplinaires adéquates et souples, ils ont manifesté de l’ouverture vers le milieu extérieur de la famille et ils avaient confiance en leurs capacités à exercer le rôle parental. Comme René et al. (2004, p.41) le soulignent, il faut considérer les parents vivant au milieu de la pauvreté comme citoyens à part entière et non comme des « parents à risque, bénéficiaires des programmes d’intervention. » Pour enrichir la connaissance au sujet à l’étude, des recherches devraient être réalisées en ayant des participants qui ont vécu au sein des familles se conformant à plusieurs modèles familiaux, car la majorité des participants ont vécu au sein des familles nucléaires traditionnelles. L’analyse des mécanismes par lesquelles l’influence positive des pratiques parentales s’exerce sur le développement des enfants peut aussi constituer le sujet d’étude des prochaines recherches à réaliser.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Bergheul, Saïd
Mots-clés libres: pauvreté, développement de l’enfant, pratiques parentales, facteurs de protection, facteurs d’influence
Divisions: Sciences du développement humain et social > Maîtrise en travail social
Date de dépôt: 17 sept. 2015 13:32
Dernière modification: 17 sept. 2015 13:32
URI: http://depositum.uqat.ca/id/eprint/650

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt