DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Effet de l’âge des peuplements sur l’erreur d’âge et l’estimation de la productivité chez l’épinette noire (Picea Mariana (Mill.) B.S.P.)

Marchand, William (2016). Effet de l’âge des peuplements sur l’erreur d’âge et l’estimation de la productivité chez l’épinette noire (Picea Mariana (Mill.) B.S.P.). Mémoire. Rouyn-Noranda, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Biologie, 73 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

L’épinette noire (Picea mariana (Mill.) BSP) développe continuellement ses racines adventives. Le collet de l’arbre se retrouve englobé à l’intérieur de la souche et localisé sous la surface du sol. Un âge déterminé par un décompte de cernes au niveau du sol ou à 1 m de hauteur sur la tige est donc sous-estimé. Cette sous-estimation de l’âge devrait augmenter avec l’âge du peuplement par la croissance continue des racines adventives et l’enfouissement progressif de la base de la tige sous son propre poids. Or, une sous-estimation de l’âge des arbres devrait entrainer une surestimation de leur productivité. Le but de cette étude était d’évaluer l’effet de l’âge du peuplement sur l’erreur d’estimation de l’âge et l’estimation de la productivité. Trois arbres de quinze peuplements âgés de 37 à 204 ans, non paludifiés et régénérés naturellement après feu ont été excavés et leur souche récoltée. Les sections de souche ont été interdatées jusqu’au collet et l’âge total a été comparé à un décompte de cernes à 1 m de hauteur. Les courbes de hauteur et volume obtenues par analyse de tiges ont été comparées à celles dérivées des modèles de Pothier et Savard (1998). La différence entre l’âge réel et celui à 1 m variait de 9 à 58 ans et augmentait avec l’âge du peuplement. Les indices de qualité de station (IQS ; hauteur à un âge de 50 ans) étaient significativement surestimés quand l’âge à 1 m était utilisé, et la surestimation augmentait avec l’erreur d’âge et l’âge du peuplement. L’utilisation de l’âge à 1 m a induit une mauvaise modélisation des trajectoires de croissance en hauteur et volume. La croissance juvénile réelle en hauteur et volume était plus lente que celle prédite avec l’âge à 1 m. Les années de croissance englobées dans la souche font que les semis n’accumulent aucune hauteur pendant les premières années de vie. La sénescence des peuplements semblait également survenir plus tardivement. De plus, la croissance juvénile des arbres les plus vieux était plus lente que celle des arbres plus jeunes, possiblement à cause de conditions de croissance moins favorables. Bien que les valeurs prédites de volumes ne différaient pas significativement des valeurs observées par analyse de tige, les modèles de croissance devraient être ajustés en utilisant l’âge pris au collet ou le temps depuis le dernier feu, afin de considérer les premières années de croissance et obtenir une meilleure estimation de la productivité.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Desrochers, Annie
Mots-clés libres: Picea mariana, erreur, estimation, peuplement, productivité, racine, adventive
Divisions: Sciences appliquées > Maîtrise en biologie
Date de dépôt: 07 juin 2016 19:12
Dernière modification: 07 juin 2016 19:12
URI: http://depositum.uqat.ca/id/eprint/671

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt