RECHERCHER

Contribution relative des facteurs d’habitat et des interactions interspécifiques à la régénération post-récolte en forêt boréale mixte

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Fofana, Maciré (2021). Contribution relative des facteurs d’habitat et des interactions interspécifiques à la régénération post-récolte en forêt boréale mixte. (Mémoire de maîtrise). Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Repéré dans Depositum à https://depositum.uqat.ca/id/eprint/1284

[thumbnail of macire_fofana_memoire_2021.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Par l’entremise de la perturbation des sols et le prélèvement des arbres de la canopée, les opérations de récolte influencent les propriétés physico-chimiques du sol et la quantité de lumière disponible à la régénération forestière. En forêt boréale, bien que les coupes totales soient traditionnellement utilisées pour renouveler un peuplement en lui donnant une structure équienne, dans le contexte d’un aménagement écosystémique les coupes partielles sont devenues des pratiques importantes qui simulent les effets des perturbations secondaires, tels les épidémies d’insectes et le chablis et qui permettent de maintenir la structure des vielles forêts. De plus, les interactions intra et interspécifiques influencent la dynamique forestière, et pour cela, des indices de compétition ont été depuis longtemps utilisés pour expliquer la force de ces interactions.

Cette étude a été réalisée dans le domaine bioclimatique de la sapinière à bouleau blanc (Betula papyrifera Marsh.) de l’ouest du Québec, plus précisément à la Forêt d’enseignement et de recherche du lac Duparquet. Elle avait pour objectif de déterminer la contribution relative des facteurs d’habitat et la compétition sur la croissance des semis d’épinette blanche (Picea glauca (Moench) Voss), de sapin baumier (Abies balsamea (L.) Mill) et de peuplier faux-tremble (Populus tremuloides Michx.), 7 à 10 ans après coupe totale (CRPS) et coupe partielle (coupe progressive irrégulière) en forêt boréale mixte. Les peuplements résiduels ont été caractérisés dans 45 placettes de 400 m2, soit 15 par traitement de récolte (incluant les peuplements témoins). Des analyses de la variance (ANOVA) à un critère de classification et des modèles mixtes ont permis d’évaluer les effets des traitements de récolte sur l’abondance et la croissance de la régénération.

Nos résultats montrent que les facteurs d’habitat tels que le phosphore (P) extractible du sol étaient plus importants que la compétition pour expliquer la croissance en hauteur du peuplier faux-tremble dans les coupes totales. En ce qui a trait à la croissance de l’épinette, le pH du sol avait augmenté de 91% la croissance des semis, alors que la compétition l’augmentait de 2% dans les coupes partielles. Le pH du sol avait augmenté de 9% et 46% la croissance des semis d’épinettes respectivement dans la CT et les témoins, alors que la compétition diminuait de 10% celle-ci dans les témoins. De même, le calcium du sol augmentait de 72% la croissance des semis de sapin, alors que la compétition avait diminué de 8% la croissance dans les coupes partielles. Par contre, la croissance en hauteur du sapin diminuait avec l’augmentation de l’indice de compétition et celle des facteurs d’habitat tels que le phosphore du sol et l’azote du sol dans les coupes totales. Bien que les effets de la compétition soient relativement moins importants que les facteurs d’habitat pour expliquer la croissance des semis, l’effet du peuplier et de l’épinette sur le sapin était plus important dans les témoins que dans la CT et la CP. De même, l’effet du peuplier et du sapin sur l’épinette était plus grand dans les témoins que dans la CT et la CP. Par contre, l’effet du sapin et de l’épinette sur le peuplier était plus fort dans les coupes partielles que dans les coupes totales et les témoins.

Nos résultats suggèrent aux sylviculteurs de tenir compte des caractéristiques des essences à planter et de la taille des voisins lors des opérations de reboisement. Ainsi, après une coupe partielle, les semis d’épinettes peuvent être maintenus avec les sapins et les peupliers faux-trembles ou plantés avec ces derniers, dans le but de favoriser la régénération et de maintenir des peuplements mixtes. Par ailleurs, d'autres interactions interspécifiques, telles que la complémentarité et la facilitation, n'ont pas été mesurées dans cette étude. Néanmoins, nous résultats suggèrent que protéger à la fois les semis de sapin, d’épinette et de peuplier faux-tremble après les coupes, en raison de leurs traits fonctionnels complémentaires (p. ex. tolérance à l’ombre, niveau d’enracinement) permettraient de réduire la compétition pour les ressources (p.ex. lumière, nutriments). De plus, la capacité du peuplier faux-tremble à rendre disponibles les éléments nutritifs par la décomposition de sa litière favoriserait la croissance des semis des essences résineuses.

Type de document: Thèse ou mémoires (Mémoire de maîtrise)
Directeur de mémoire/thèse: Lafleur, Benoît
Codirecteurs de mémoire/thèse: Thiffault, Nelson
Mots-clés libres: aménagement écosystémique, compétition, coupe totale, coupe partielle, facilitation, forêt boréale mixte, sylviculture
Divisions: Forêts > Maîtrise en écologie
Date de dépôt: 18 mai 2021 13:58
Dernière modification: 18 mai 2021 13:58
URI: https://depositum.uqat.ca/id/eprint/1284

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt