DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Les événements de vie familiale, les réponses d'adaptation et l'adoption de conduites suicidaires chez les familles survivantes au suicide

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Grenier, Hugues (1994). Les événements de vie familiale, les réponses d'adaptation et l'adoption de conduites suicidaires chez les familles survivantes au suicide. (Thèse de doctorat). Université Laval. Repéré dans Depositum à https://depositum.uqat.ca/id/eprint/378

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB) | Prévisualisation

Résumé

Les connaissances accumulées jusqu'à maintenant sur les réactions des survivants au
suicide d'un proche suggèrent qu'ils forment un groupe plus à risque que les autres
de se suicider. Les facteurs les plus souvent évoqués pour tenter d'expliquer ce
phénomène sont liés aux réactions de deuil consécutives à la perte par suicide.
Cependant, bien que plusieurs études aient fait un lien entre le suicide et certains
facteurs d'ordre familial, peu d'études ont relié la conduite suicidaire des survivants
à des facteurs tels que l'accumulation des événements de vie familiale et les réponses
d'adaptation aux tensions suscitées par ces événements. Afin de cerner la nature des
tensions et le type de réponses apportées par les familles pour y faire face, nous
avons évalué chez un groupe de survivants ayant adopté une conduite suicidaire, le
poids des tensions accumulé au cours des 12 mois précédant l'étude et leurs résultats
ont été comparés avec ceux d'un groupe de comparaison.
L'emploi de deux mesures d'évaluation a permis d'observer chez les sujets avec
conduite suicidaire, la présence d'un poids de tensions familiales plus élevé que la
moyenne observée chez les sujets du groupe de comparaison, et un répertoire de
réponses d'adaptation plus bas. L'étude conclut prudemment que le suicide d'un
membre de la famille n'est pas en soi un facteur de risque favorisant l'adoption d'une
conduite suicidaire, sinon vu sous l'angle d'un stress important parmi d'autres. L'idée
de suicide apparaîtrait chez le survivant en guise de réponse aux tensions qu'il vit,
mais seulement en l'absence de réponses plus adaptées. Les résultats de l'étude
statistique sont complétés par une analyse de contenu de cinq entrevues menées
auprès des sujets de l'étude. Cette analyse souligne le sentiment d'ambivalence qui
subsiste chez les sujets entre leur désir de vivre et celui de mourir. Cette étude
permettra d'intégrer des éléments nouveaux dans les programmes d'intervention et
de prévention offerts par les groupes communautaires aux survivants du suicide.

Type de document: Thèse ou mémoires (Thèse de doctorat)
Directeur de mémoire/thèse: Ouellet, Francine
Informations complémentaires: Bibliographie: p. 202-208
Mots-clés libres: adaptation familial famille suicidaire suicide toponord
Divisions: Développement humain et social > Doctorat en travail social
Date de dépôt: 21 sept. 2012 19:38
Dernière modification: 12 oct. 2012 19:13
URI: https://depositum.uqat.ca/id/eprint/378

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt