DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Les effets de coupes printanières sur la production de rejets de souche chez l'érable rouge (Acer rubrum L.) dans le nord-ouest québécois

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Babeux, Patrice (1991). Les effets de coupes printanières sur la production de rejets de souche chez l'érable rouge (Acer rubrum L.) dans le nord-ouest québécois. (Mémoire de maîtrise). Université du Québec à Montréal. Repéré dans Depositum à https://depositum.uqat.ca/id/eprint/470

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (7MB) | Prévisualisation

Résumé

À la limite nord de l'aire de répartition de l'espèce,
la reproduction sexuée de l'érable rouge est limitée par
des conditions climatiques sévères. Dans le nord-ouest
québécois, les populations d'érables rouges se maintiennent
par la production de rejets de souche déclenchée par une
perturbation telle qu'un feu ou une coupe. Deux coupes
printanières, une en mai avant le débourrement des bourgeons
et l'autre en juin après l'expansion maximal des feuilles,
ont été effectuées au printemps 1988 sur dix populations
établies le long d'un gradient latitudinal de 300 km dans
la région de l'Abitibi dans le but de déterminer les effets
des conditions de sites et de la période de coupe sur le
potentiel de régénération végétative de l'espèce au cours
des deux années suivant la perturbation.
La productivité des cépées coupées dans les stations
situées dans la partie nord du gradient était plus élevée
que celle des cépées coupées dans les stations localisées
plus au sud. Les populations au nord du gradient étudié
présentaient également des concentrations de réserves plus
élevées et un développement plus rapide des rejets lors de
la feuillaison. Au sud du gradient, l'établissement d'un
nombre plus réduit de rejets était favorisé par de
meilleures conditions de croissance. Au cours du premier
été (1988), la productivité des cépées coupées avant le
débourrement des bourgeons (mai) était plus élevée que
celle des cépées coupées après la feuillaison (juin).
Cependant, les souches du traitement de juin ont produit au
cours du deuxième été (1989) un nombre et une biomasse de
nouveaux rejets plus élevés que les souches du traitement
de mai et la productivité totale des cépées au bout de deux
années ne montrait pas de différences significatives entre
les traitements.
Les deux stratégies observées le long du gradient
latitudinal nous permettent de croire qu'à long terme le
potentiel de régénération végétative des populations
d'érables rouges à la limite nord de l'aire de répartition
de l'espèce serait adapté aux différentes conditions de
sites rencontrées. De plus, nos résultats suggèrent que peu
importe la période au cours de laquelle survient la
perturbation, les cépées d'érables rouges ajustent leur
production de rejets de souche dans le temps.

Type de document: Thèse ou mémoires (Mémoire de maîtrise)
Directeur de mémoire/thèse: Mauffette, Yves
Informations complémentaires: Comprend un résumé en français
Mots-clés libres: coupe printaniere rejets de souche erable rouge abitibi-temiscamingue nord-ouest quebecois regeneration vegetative
Divisions: Sciences appliquées > Maîtrise en biologie
Date de dépôt: 14 janv. 2013 13:49
Dernière modification: 14 janv. 2013 13:49
URI: https://depositum.uqat.ca/id/eprint/470

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt