DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Impact immédiat de feux de forêt simulés sur les macroarthropodes édaphiques

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Paquin, Pierre (1994). Impact immédiat de feux de forêt simulés sur les macroarthropodes édaphiques. (Mémoire de maîtrise). Université du Québec à Montréal. Repéré dans Depositum à https://depositum.uqat.ca/id/eprint/472

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB) | Prévisualisation

Résumé

Un protocole expérimental mis en place au lac Duparquet a permis
d'étudier l'interaction de perturbations, tels la coupe forestière et les feux de
forêt, et de la dynamique forestière sur les communautés de
macroarthropodes édaphiques. En effet, les rives du lac Duparquet abritent
différents types forestiers dont la composition varie en fonction du temps
écoulé depuis le dernier incendie forestier, ce qui correspond au concept de la
chronoséquence végétale. Trois sites représentatifs de la succession végétale
présente ont été retenus: une forêt de feuillus vieille de 47 ans, une forêt mixte
de 144 ans et une forêt de conifères de 231 ans. Chacun de ces stades
comporte aussi une station de 30m2 déboisée une année auparavant. Une
simulation de feux de forêt sévères dans ces trois stades de la succession
végétale et dans les stations déboisées correspondantes, montre une
conjugaison de l'effet attribuable à la succession végétale, au déboisement et
aux feux de forêt simulés.
Une nouvelle technique d'échantillonnage et une forme d'échantillon
plus appropriée aux macroarthropodes édaphiques ont permis de récolter les
organismes de ces sols forestiers. On assiste à une baisse de la biodiversité des
communautés avec l'enrésinement de la forêt. Il y a un gradient négatif de
l'abondance totale (237-41 individus/échantillon), de la richesse totale (63-23
espèces) de la densité par m2 (1790-210 individus/m2), de la diversité (H' =
1,478-1,007) et de l'équitabilité (J = 0,821-0,739) affectant davantage les
saprophages que les prédateurs. Le déboisement a un impact quantitatif et
qualitatif important sur les communautés, perceptible une année après la
perturbation qui se combine à l'effet attribuable à la succession végétale.
L'abondance diminue en moyenne de 55% et la richesse de 52% dans tous les
stades de la succession végétale. La diminution de la proportion des
décomposeurs au profit des prédateurs dans les stations déboisées démontre
la dépendance de ce niveau trophique face aux conditions environnementales.
La simulation de feux de forêt a provoqué une diminution d'abondance et de
richesse de 95,5 et 92%. La localisation de l'impact à la surface du sol et la
variabilité de la sévérité du brûlage ont engendré un impact inégal, ce qui a
laissé des survivants aptes à la recolonisation.
La comparaison de nos résultats avec ceux obtenus par d'autres
auteurs suggère une affinité inverse quant à la préférence du type forestier
entre les micro et les macroarthropodes. Selon notre hypothèse, cette
préférence opposée s'exprime autant sur le gradient végétal latitudinal que
dans un même lieu géographique où l'on observe une succession végétale
feuillus-mixte-conifères.
Dans une perspective de conservation, la biodiversité des
macroarthropodes sera favorisée par le maintient des différents types de
forêt (préservation des forêts âgées tout en évitant l'enrésinement total)
puisqu'elles possèdent chacune des espèces propres.

Type de document: Thèse ou mémoires (Mémoire de maîtrise)
Directeur de mémoire/thèse: Coderre, Daniel
Informations complémentaires: Comprend un résumé en français
Mots-clés libres: macroarthropodes edaphiques feux de foret chronosequence vegetale lac duparquet abitibi-temiscamingue
Divisions: Sciences appliquées > Maîtrise en biologie
Date de dépôt: 14 janv. 2013 16:31
Dernière modification: 14 janv. 2013 16:31
URI: https://depositum.uqat.ca/id/eprint/472

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt