DEPOSITUM Le dépôt institutionnel
RECHERCHER

Étude de la consolidation gravitaire en colonnes des remblais miniers cimentés en pâte

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

El Aatar, Omar (2011). Étude de la consolidation gravitaire en colonnes des remblais miniers cimentés en pâte. (Mémoire de maîtrise). Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. Repéré dans Depositum à https://depositum.uqat.ca/id/eprint/496

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (14MB) | Prévisualisation

Résumé

La problématique du remblayage des chantiers souterrains dans les mines abitibiennes demeure
une grande préoccupation de nombreux chercheurs ces dernières décennies. Par exemple, il a été
observé dans les vides remblayés que le remblai se tassait quelques jours après sa mise en place
(0,9 à 1,5 m à la mine Louvicourt). En outre, la résistance mécanique du remblai cimenté en pâte
(RCP) augmentait sensiblement, presque de trois fois, entre le haut et le bas du vide remblayé due
à la consolidation. Des études ont montré également que la résistance mécanique du remblai
prélevé in situ par carottage était supérieure de 2 à 4 fois à celle des éprouvettes du même remblai
coulé dans des moules en plastique. Parmi les nombreuses causes possibles pouvant expliquer ces
observations, on peut mentionner la consolidation des remblais sous leur poids propre (ou
gravitaire).
L'objectif principal de ce projet de recherche est donc de comprendre les phénomènes physiques
qui gouvernent l'acquisition de résistance mécanique des remblais en pâte après leur mise en
place. Pour ce faire, trois colonnes en PVC, de 3 m de haut chacune, ont été fabriquées et
installées à l'usine de remblai de la mine Louvicourt (LVT) puis à l'usine de remblai de la mine
LaRonde (LRD) pour y être remplies. Les colonnes étudiées à la mine Louvicourt permettaient de
simuler différentes configurations de drainage latéral d'un vide remblayé à savoir, un drainage
total le long de la hauteur de la colonne, un drainage partiel, et aucun drainage; tandis que les
colonnes à la mine LaRonde permettaient de comparer les résultats de trois recettes de remblai en
pâte dans le cas du drainage latéral et vertical. Avant le remplissage des colonnes, l'effet du
temps de malaxage sur la valeur de l'affaissement (slump) du RCP a été évalué. Chaque colonne
a ensuite été remplie avec du RCP ayant un slump similaire à celui du remblai utilisé dans les
chantiers souterrains et en deux séquences de remblayage d'environ 1,45 à 1,5 m sur une durée
de 24 heures.
Le suivi des colonnes remblayées s'est fait pendant au moins 5 jours en mesurant la quantité
d'eau drainée et le tassement observé à la surface de la colonne de remblai à intervalle régulier de
1 heure. Dans le cas des colonnes de remblai à la mine Louvicourt, des carottes de remblai ont été prélevées après 45 jours de cure pour des essais de caractérisation de leurs propriétés mécaniques,
physiques et hydrogéochimiques. Dans le cas des colonnes de remblai de la mine LaRonde,
l'évolution de la pression interstitielle et de la succion matricielle a été mesurée à l'aide des
capteurs de pression installés le long de la hauteur des colonnes.
Les résultats obtenus montrent que le maximum d'eau drainée (colonne totalement drainée)
n'excède pas 15% de la quantité initiale d'eau totale du remblai, que la résistance maximale en
compression uniaxiale (UCS) du remblai est atteinte avec la colonne totalement drainée (2,9 MPa
après 87 jours de cure) et que le comportement d'un vide remblayé à la mine Louvicourt serait
plus proche de la configuration des colonnes totalement drainée ou partiellement drainée. On note
une nette distinction de la microstructure analysée au travers des essais de porosimétrie par
intrusion de mercure (PIM) et de détermination de surface spécifique selon la profondeur dans les
colonnes avec les plus fortes valeurs de la porosité totale et de surface spécifiques observées dans
le cas du remblai totalement drainé. The challenge of underground mines backfilling in Abitibi region remains a major topic of
investigation by many researchers in recent decades. For example, it has been observed in the
backfilled stopes that the top of the fill settles systematically few days after its placement (by an
average value varying between 0.9 and 1.5 m observed at Louvicourt mine). In addition, the
strength of the cemented paste backfill (CPB) increases substantially, almost three times between
the top and bottom of the backfilled stope. Some studies have also shown that the strength
(unconfined compressive strength or UCS) of in situ CPB core specimens was 2 to 4 times of that
of specimens of the equivalent lab-prepared CPB poured into plastic moulds. Among the many
possible causes which could explain these observations, one can mention the self-weight
consolidation of CPB.
The main objective of this research is to understand the physical phenomena that govern the
mechanical strength development within paste backfill after placement. To this end, three PVC
columns, each of 3 m high, were manufactured and installed at the Louvicourt (LVT) mine and
LaRonde (LRD) mine backfill plants to be in-filled. The column tests performed at the
Louvicourt mine backfill plant allowed simulating different drainage configurations of a
backfilled stope, namely, full drainage, partial drainage and no drainage while column tests
performed at the LaRonde mine allowed comparing the response of three different paste backfill
mix recipes for unique drainage condition: combined lateral and vertical drainage. Before the
columns in-filling, the effect of mixing time on the slump height value of CPB was evaluated.
Each column was then in-filled with CPB having a slump height similar to that of the fill used
underground and in two sequences of in-filling of about 1.45 to 1.5 m over a time period of 24
hours.
The monitoring of in-filled columns with CPB lasted for 5 days and consisted of measuring the
amount of drainage water along with the observed settlement at the top surface of CPB column at
time intervals of 1 hour. For the Louvicourt mine columns, several CPB core samples were
extracted after 45 days curing time for experimental characterization of their mechanical, physical and hydro-geochemical properties. For the LaRonde mine columns, pore pressure and
suction were measured using pressure sensors installed along the column height.
The results obtained show that the maximum amount of drainage water (fully drained column)
does not exceed 15% of the total water of the CPB, the maximum strength of CPB is reached
with the fully drained column (2.9 MPa after 87 days of curing) and that the behavior of a
backfilled stope at Louvicourt mine would be closer to either fully drained or partially drained
column configurations. A clear distinction of the microstructure as a function of columns depth
with the highest values of porosity and specifie surface areas were observed in the case of drained
CPB.

Type de document: Thèse ou mémoires (Mémoire de maîtrise)
Directeur de mémoire/thèse: Belem, Tikou
Co-directeurs de mémoire/thèse: Bussière, Bruno et Benzaazoua, Mostafa
Informations complémentaires: Programme de maîtrise offert en extension avec l'Université de Montréal, École Polytechnique. Comprend un résumé en français et un en anglais
Mots-clés libres: consolidation gravitaire colonne remblai minier
Divisions: Génie > Maîtrise en génie minéral
Date de dépôt: 19 févr. 2013 18:16
Dernière modification: 25 févr. 2013 18:24
URI: https://depositum.uqat.ca/id/eprint/496

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt